BD, SFFF

La horde du contrevent (BD)

« La horde du contrevent », E. Henninot, Delcourt

horde du contrevent bd

« on ne juge pas la valeur d’une adaptation à sa fidélité au support original : on la juge à la qualité de sa trahison » 

 

A cette aune, celle du maître DamasioEric Heninnot est un très grand traître, de ceux qui ont la trempe d’un traceur. Seul à la contre, il signe une transcription soignée, un pari salement risqué mais réussi. Qui aurait pu penser que la Horde pouvait prendre vie sous cette esthétique presque classique, ces traits tranchés, et surtout : statiques ?! 

 

Et pourtant, le mouvement est là, et il emporte. Là où les mots de Damasio vibrent et virevoltent, les images ne se meuvent pas mais ne sont pas immobiles pour autant. Le vent est invisible mais presque palpable : menaçant, oppressant, omniprésent. Il est dans les étendues taillées par les tempêtes, dans les traits burinés par les bourrasques, dans les compositions ciselées et les cadrages vertigineux ; il résonne puissamment dans le rythme de la narration, dans la poésie spontanée des dialogues. Dans la force de cohésion de la Horde qui, dans le huis-clos contradictoire des immensités indomptables, se fissure et se recolle pour aller caracoler au devant et au gré du furvent, et devenir une entité vivante et émouvante. 

 

Que vous ayez lu le roman ou pas a peu d’importance. Ce n’est ni la Horde de Damasio, ni la vôtre, ni la mienne. Et vous savez quoi ? Ce n’est pas grave. C’est une vision parmi d’autres, mais celle d’un artiste assez visionnaire, téméraire, persévérant et sans doute un peu dément pour s’être attaqué à ce monument et être arrivé, peut-être pas jusqu’en extrême-amont, mais au moins jusqu’au bout de ce bel album. Et qui, à tout le moins, a le mérite d’emporter, vraiment. Ce n’est pas rien, c’est même déjà beaucoup. 

 

Aux lecteurs des premières heures : donnez une chance à une adaptation dont toutes les notes ne sont peut-être pas identiques à la partition originale, mais qui sonne juste ! 

Aux heureux innocents qui vous apprêtez à découvrir cet univers pour la première fois : bande de veinards ! 

A vous tous : laissez-vous (em)porter 

 

Du vent, de l’aventure ; une œuvre singulière ,, foisonnante,,, et furieusement fulgurante ! 

 – Nikita –

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s