Littérature américaine, Romans

Idaho

« Idaho », E. Ruskovich, Gallmeister

idaho

Tout part de cette étouffante journée d’été où le drame frappe inexplicablement la famille Mitchell : Jenny, la mère, abat la hachette avec laquelle elle élaguait le bouleau sur sa fille, May ; June, sa sœur, s’enfuit dans la forêt alors que Wade, le père, commence à souffrir de pertes de mémoire héréditaires.  

C’est surtout un roman sur la nature évanescente de souvenirs qui s’évanouissent dans la touffeur des forêts profondes de l’Idaho… un roman à l’effet hypnotisant, tout en cercles concentriques à la surface de l’eau se rapprochant peu à peu non pas d’une explication mais de vérités plurielles, celles des personnages à différents moments de leurs vies, en creux, dans les vides entre les ondes de choc, dans le « langage entre les mots ». Nous partons sur la trace de souvenirs dont « c’est la texture […], non pas l’émotion, qui a disparu. » Et nous, lecteurs, nous sommes ballottés, remués, laissés sur le flanc de la montagne avec plus de questions que de réponses, avec des impressions troubles… mais ô combien plus persistantes !   

– Nikita –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s