littérature francophone, non fiction

Jungle

« Jungle », M. Bonnefoy, Rivages

jungle

Un roman court mais qui fait voyager loin, au cœur des étendues sauvages du Venezuela où Miguel de Bonnefoy (Le voyage d’Octavio, Sucre noir) a passé 15 jours à randonner. Un périple périlleux qui va de pair avec le dépassement de soi : le chemin est semé d’embûches, notamment la cascade la plus haute du monde, la Bouche du Diable, à descendre en rappel.  

Un récit pour raconter, plutôt qu’une simple description de la jungle, le sentiment d’immensité qu’elle induit, l’impression d’être envahi par quelque chose de plus grand que soi. Et c’est en explorant à la fois les lieux mais surtout ses propres mots hésitants que l’auteur réussit le mieux à le traduire : il questionne son rapport à la nature et à lui-même à travers celui à la langue. « Comment tailler un adjectif pour qu’il ait la forme d’une racine ? » De grands instants de poésie simple et sincère au détour des arbres séculaires ! 

– Nikita –

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s