polar, Romans

Les noirs et les rouges

« Les noirs et les rouges », Garlini , Gallimard/Folio

G00138_Les noirs et les rouges.indd

Stefano est un enfant de cette Italie des années 60 qui n’est ni guérie de l’humiliation de la défaite fasciste, ni « guérie » de la victoire de ces résistants de la dernière heure qui, dans leur région d’origine, le nord-est, se sont comportés, parfois, comme les NAZIS : camps, exécutions de masse, … 

Il n’y a donc que des perdants dans cette Italie qui vit mai 68 comme une fièvre qui ravive tout ce que les Italiens se sont efforcés d’oublier. 

Pour Stefano, c’est inadmissible ! Il rêve d’une Italie forte, d’un état juste, pas d’un pays qui se complaît dans la consommation de masse et la finance internationale. Plus que tout, il se veut un chevalier, un vrai, un guerrier. Il va embrasser le fascisme comme un athée découvre la FOI. De toutes ses forces, il luttera pour cet « idéal », cette « pureté ». C’est la « voie du sabre », de la camaraderie virile, de « la fin justifie les moyens ».  

Vite repéré par les factions de nazillons, il trouve enfin un sens à sa vie, un idéal pour lequel il est prêt à mourir. Mais ceux qui feront de lui un assassin n’ont pas d’idéal, pas de scrupules, pas de morale… rien de rien qui vaut le prix exorbitant qu’il paiera. Un roman d’une force rare : celle de comprendre le cœur de cette jeunesse perdue. Exceptionnel   

– Frédéric –

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s