Roman graphique

Et c’est comme ça que je disparais

« Et c’est comme ça que je disparais », M. Malle, La ville brûle

Parfois, notre quotidien nous prend à la gorge et nous fait suffoquer. On court après la montre, tout va trop vite sans qu’on ait le temps de vivre quoi que ce soit. Ça vous est déjà arrivé ? Avancer semble alors dur et impossible. Une grande impression de vide s’empare de nous et malgré notre détresse, tout ce qu’on sent c’est une grosse fatigue. Avec humour, en douceur mais sans filtre, Mirion Malle (Commando Culotte, La ligue des super féministes) aborde le thème de la dépression et parle de ces périodes de grandes fragilités de façon déculpabilisanteOn en sort réconfortés, et plus forts

– Victoria –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s