BD, Femmes, Histoire, Roman graphique

Blanc autour

« Blanc autour », W. Lupano/S. Fert, Dargaud

Rien n’est sans doute aussi contagieux que la bêtise humaine

Lupano nous le montrait déjà dans le terrible « Le singe de Hartlepool », le voici qui s’allie cette fois aux beaux dessins rêveurs de Stéphane Fert (Morgane, Peau de mille bêtes) pour nous en livrer un nouvel exemple. Mais si graphiquement on est proches de l’univers d’un conte, c’est pourtant à un récit inspiré de faits réels (intéressant dossier documentaire à l’appui) que nous avons affaire : celui de Prudence Crandall. Institutrice, elle crée dans le Connecticut des années 1830 – là-bas, l’esclavage a été aboli fin du 18è s., même s’il faudra attendre 1865 pour qu’il le soit à l’échelle du pays entier – la première école pour jeunes filles de couleur du pays.

Qu’elles existent et qu’elles appartiennent pour certaines d’entre elles à la classe moyenne, c’est déjà dur à avaler pour la bonne société blanche américaine, mais qu’en plus de ça elles essaient de s’instruire, de comprendre le monde ?! Là c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase… Parce que tant qu’elles sont ignorantes, elles ne sont pas dangereuses.

Un récit touchant dans la lignée des « Filles de Salem » pour nous rappeler que l’éducation est un droit pour toutes et tous et une arme de poids pour éviter à l’Histoire de bégayer.

– Nikita –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s