BD, Histoire, Roman graphique

Ludwig et Beethoven

« Ludwig et Beethoven », Ross, Dargaud

Ah ce Luddi ! Un garnement – comme ses deux frères, les Pico Bogue du 18è – mignon, intelligent et canaille ! Mais un père alcoolique qui « vend » son petit prodige aux rupins et noblions sans être capable de comprendre son immense génie… et pour payer loyers impayés et boissons… Le talent est là, immense, débordant, volcanique. Et le petit garçon pauvre est dépassé par celui-ci. Comme un pur-sang indomptable, le petit Ludwig va se frayer un chemin jusqu’au firmament de l’histoire de la musique. Un trait nerveux, généreux qui rappelle Blain. Je n’ai pas le souvenir d’une BD capable de matérialiser un élément invisible comme la musique avec un tel brio ! Et que j’ai ri ! Un bonheur ! Un régal !

– Frédéric –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s