littérature francophone, Romans

Equateur

« Equateur », Varenne, Albin Michel/Livre de Poche

equateur

Vous pensez que seul un écrivain américain est capable de rendre palpable la sensation de vide d’un désert comme celui des murs qui ceignent une geôle ? Le fatalisme du cow-boy qui sait au plus profond de son être que son monde est révolu ? Que si le gouvernement se débarrasse de ses stocks de mentions après la guerre de sécession, ce n’est pas pour “plaire” aux “coureurs des plaines’ qui décimeront les derniers troupeaux mais parce que sans bisons, il n’y a pas d’Indiens ? Que les rêves deviennent des regrets en vieillissant ? Après le jouissif “Le mur, le kabyle et le marin”, Antonin Varenne se révèle un écrivain sans étiquettes ni nationalité. Un grand écrivain. Point. A dévorer.   

– Frédéric –

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s