littérature russe, Romans

Récits de la Kolyma

« Récits de la Kolyma », Chalamov, Verdier

recits de la kolyma

A son « apogée », le territoire administratif des camps de travail soviétiques représentait 1/7è de la superficie de l’URSS…1/7è ! (soit 3 millions de km²). Le goulag n’a jamais eu besoin de murs ou de barbelés : la forêt, le froid sont des gardiens bien plus efficaces. Mais ce chef d’œuvre de la littérature du 20è siècle n’en serait pas un s’il se « contentait » de raconter l’enfer comme un Soljentsyne, qui l’a déjà très bien fait.  

C’est un livre sur l’essence de notre humanité. Que nous reste-t-il , dépouillés de ce qui tisse notre moi, notre âme ? Couche après couche, Chalamov va à notre substantifique moelle… 
La poésie russe est l’essence de cette culture immense et contrairement à un Céline, l’enfer, les 17 ans de travaux forcés, de maladie, de morts, de résurrections, n’ont pas transformé l’homme en réactionnaire haineux mais ont fait de lui, à mes yeux, un surhomme, de ceux qui ont goûté la vraie valeur de la vie, notre unique source d’inspiration 

– Frédéric –

1 réflexion au sujet de “Récits de la Kolyma”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s