littérature russe, Romans

Volio Volnaia

« Volia Volnaia », Remizov, Belfond/10 – 18

volia volnaia

Sibérie. De nos jours. La Taïga est éternelle et ses ressources naturelles – gibier, poisson et son trésor, les oeufs de saumon – semblent inépuisables. La chasse et la pêche sont régies par le bon sens que se transmettent de génération en génération les habitants du far-east russe : on ne tue pas les femelles…on laisse à la nature les armes pour se régénérer. Avec l’URSS, la loi des hommes s’impose à celle de la Nature. Avec la fin du communisme, la corruption rentre dans les mœurs. Le Sibérien est résilient et l’Amour de la taïga est tellement plus fort que cet ordre mafieux et bureaucratique à la fois. Mais l’injustice pèse plus que la précarité. Une étincelle va mettre le feu aux poudres… Une comédie ? Une tragédie ? La Russie est éternelle, sa littérature aussi 

– Frédéric –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s