BD, Humour, Jeunesse, SFFF

Zombillenium

« Zombillénium », de Pins , Dupuis

zombillenium

Découvrez un parc d’attractions pas comme les autres : ici, le train fantôme est vraiment hanté, puisque tous les employés sont morts ! Arthurs de Pins mêle humour et fantastique pour un résultat détonnant. Imaginez un peu le tableau : un zombie et un vampire qui discutent CDD, CDI et revendications syndicales pendant leur pause sang frais… Monstrueux ! 

– Nikita –

Le foisonnement de bande dessinée contemporaine répond à la demande des lecteurs et lectrices comme Netflix à celle des consommateurs de fictions audiovisuelles : il n’y a plus de comparaison possible avec le passé. Le cinéma de l’âge d’or avec son format immuable à destination d’un public de tout âge qui appréciait presque tous les genres est révolu. La production est devenue telle qu’il est désormais impossible de tout visionner et le spectre est tellement large que le menu est abyssal !
La BD franco-belge c’est pareil : créer une série réellement grand public relève au mieux du challenge au pire de la chimère…..Pourtant quelques très rares exemples existent au 21ème siècle. Bref, sans faire la liste exhaustive de ces 20 dernières années, réussir un album « pop », c’est de la haute voltige. Le Saint Graal. « Pop » comme populaire, comme les Beatles ou Mozart à son époque. A savoir une œuvre qui touche tous les yeux, toutes les oreilles, tous les esprits, de 7 à 77 ans comme on disait à l’époque du journal de Tintin. Encore une référence du passé qui ne colle plus du tout à la réalité de la BD d’aujourd’hui et pourtant Arthur de Pins, lui, l’a fait !
Un univers original, fantastique et baroque, des personnages charnus et identifiables, un humour potache et subtil à la fois, des considérations critiques sur le monde qui nous entoure et surtout, surtout ! une lisibilité, une limpidité qui nous (re)plonge dans une lecture compulsive, jouissive !
Pas étonnant que Zombillénium soit une des très rares œuvres de BD européenne adaptée au cinéma.
Sa qualité et son épaisseur sont telles, que bientôt nous découvrirons une série. Une « franchise » comme au pays du Comics.
Et si seul le Manga se détache au yeux de nos ados, si le public adulte s’est tourné vers le format dit du  « roman graphique », Zombillénium est peut-être le chaînon manquant du renouveau de la BD populaire de nos jours.
N’attendez pas de moi de vous faire un résumé de l’histoire ou pourquoi j’en pense tellement de bien, je suis libraire, vous n’avez qu’à acheter -tous- les albums dans votre librairie la plus proche !
Vive Zombillénium ! Et merci Arthur de Pins.
– Frédéric –

Laisser un commentaire