Littérature américaine, Romans, thriller

Dernier appel pour les vivants

« Dernier appel pour les vivants », P. Farris, Gallmeister

dernier appel

Dans un braquage, les choses sont simples : un méchant, le braqueur; des gentils, les clients et le personnel. Facile jusque là.

Seulement voilà, Hobe Hicklin, braqueur de notre roman et suprémaciste blanc tout juste sorti de prison va, sans même savoir pourquoi, embarquer un employé de la banque en otage une fois le crime commis. Et c’est là que toute la complexité de la vie, la vraie, apparaît… A travers la relation entre Hicklin et le jeune Charlie Colquitt : une relation qui tend progressivement et contre toute attente vers une forme de complicité.

Un roman fort, complexe, où on ne sait qui aimer et qui détester mais où on peut « comprendre » beaucoup de choses…

– Lucas –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s