polar, Romans, thriller

Je suis la bête

« Je suis la Bête », A. Donaera, Cambourakis

Une petite ville des Pouilles. Un soleil de plomb. L’omerta. Absolue, presque inconsciente tellement elle est intégrée de génération en génération. La violence, partout, à tous les étages de la société et des individus, tapie, lovée dans les plis, les non-dits. Jamais repue. Et puis la Bête, la vraie. Incontrôlable, indiscutable, éternelle. Voyage au bout de l’âme humaine, celle d’un petit chef local de la mafia dont le jeune fils se suicide par amour. Si Hilsenrath ne vous a pas écoeuré(e) et que la sensation presque physique de la plus noire des facettes de l’humanité vous transporte dans une autre dimension, alors… rendez-vous en enfer !

– Frédéric –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s