Romans, SFFF

10 000 L d’horreur pure

« 10 000 L d’horreur pure », T. Gunzig, Au Diable Vauvert

Un petit ovni où Thomas Gunzig (La vie sauvage) déclare son amour et rend un bel hommage aux films d’horreur de série B. Il nous sert un réjouissant nanar où tous les poncifs habituels du genre y passent avec beaucoup de dérision, des personnages délicieusement caricaturaux et des situations parfois tellement peu crédibles qu’elles en sont cocasses, mais avec toujours une ambiance magnétique !     

– Nikita –

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s