Romans, SFFF

Les groseilles de novembre

« Les groseilles de novembre », A. Kivirähk, Le Tripode

lesgroseillesdenovembre

1ère incursion dans la littérature estonienne pour moi, et c’est diablement dépaysant ! Comme goûter pour la 1ère fois à une délicieuse spécialité étrangère. 

L’Estonie a été un des derniers territoires évangélisés en Europe, et ça se ressent quand on lit le quotidien tragicomique et fantastique de ce village féodal. En ce froid mois de novembre, les démons maraudent et tout le monde pille allègrement le manoir du baron avant de se re-dérober ensuite ces denrées derrière grâce aux kratts, étranges créatures fabriquées de bric et de broc dans le but de voler, dans tous les sens du terme. On les anime en achetant une âme au diable à la Croisée des Chemins, pour la modique somme de 3 gouttes de sang – ou de jus de groseille, quand on est un peu rusé. 

Ce roman aux allures de fabliau ou de farce est un petit trésor d’absurde et de burlesque, d’humour pince-sans-rire, cru, féroce, émaillé de bon sens paysan, païen et pragmatique, où la vodka est une panacée et la roublardise un art de vivre ! Un folklore frappant comme un Jérome Bosch et un ton truculent comme un Rabelais.
Jubilatoire ! 

– Nikita –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s