BD, SFFF

Le château des animaux

« Le château des animaux », Delep/Dorison, Casterman

le chateau des animaux

La référence à la Ferme des Animaux est claire, assumée… et réussie !
Orwell et Guarnido auraient-ils trouvé leurs dignes héritiers ?

Le scénariste d’Undertaker, Le maître d’armes ou encore Long John Silver nous livre un album maîtrisé, avec un rythme bien dosé où il sait être dur quand il le faut mais aussi plus léger lorsque l’occasion s’y prête, et surtout : une super galerie de personnages touchants, inspirants, révoltants

Et le dessin ! On peine à croire que Felix Delep n’a que 24 ans et qu’il s’agit de sa 1ère BD tant c’est beau et soigné ! Les protagonistes sont expressifs à souhait et, sans se départir de leurs caractéristiques animales, terriblement humains par moments. L’art de la mise en scène déployé est particulièrement bluffant, les découpages presque cinématographiques, des compositions qui forcent le respect ! Voici un jeune auteur follement talentueux à surveiller de près !

le chateau des animaux luxe

 

La fable animalière reste un des moyens de prédilection pour mettre en lumière les dérives (parfois bestiales) de nos sociétés humaines… Mais heureusement, l’humanité réside aussi dans la plus petite des lueurs d’espoir face à la tyrannie, dans la solidarité et le rire comme armes pour lutter, sans s’y abaisser, contre la barbarie. Plus facile à dire qu’à faire, mais il suffit parfois d’un petit élan de rien du tout pour mettre en branle les rouages de la révolution

– Nikita –

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s