Littérature américaine, Romans

Les dynamiteurs

« Les dynamiteurs », B. Whitmer, Gallmeister

coverdynamiteurs-5efee33b06b34

Benjamin Whitmer (‘Cry Father‘, ‘Evasion‘) nous revient avec un roman noir comme on les aime chez lui : rempli en même temps de violence et d’humanité, de révolte et de compassion. Denver, 1895, est une version de l’Enfer sur Terre. Pavée de bonnes intentions qui se noient dans la boue et le sang.

Cora et Sam, deux jeunes adolescents, y ont trouvé refuge dans une usine désaffectée en périphérie de la ville, où ils s’occupent tant bien que mal d’une bande d’enfants perdus, une famille d’orphelins à nourrir et à défendre des attaques des clochards. Jusqu’à ce qu’une nuit débarque un colosse balafré et muet qui va bouleverser leurs existences…

Un roman implacable et tragique au confluent improbable d’ ‘Oliver Twist‘, ‘Les raisins de la colère‘, ‘Peter Pan‘ et ‘La ligne Verte‘. Whitmer se révèle très fort pour parler de l’enfance et sa magnifique fragilité, du passage à l’âge adulte qui se fait parfois plus tôt que tard ou un peu malgré soi, et pour donner la part belle aux antihéros, aux perdus et aux laissés pour compte. Un mélange explosif !

– Nikita –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s