littérature japonaise, Romans

L’usine

« L’usine », H. Oyamada, Bourgois

Petit roman d’atmosphère au confluent entre Kafka et Murakami, il émane de « L’usine » une ambiance aussi improbable que déstabilisante d’étrangeté comme savent si bien les tramer les auteurs japonais.

Nous suivons trois personnages engagés à des postes différents de l’entreprise, grande machine d’une efficacité redoutable à produire du vide. Trois segments de vie de travailleurs où le monotone le dispute à l’absurde, trois petits rouages dans une grande chaîne de rien.

Les tâches qu’ils accomplissent sont-elles utiles à quoi que ce soit ?
Que manufacture-t-on, exactement, à l’Usine ?
Produit-elle seulement quelque chose ? Mystère…

La perte de repères est progressive pour les protagonistes comme pour le lecteur à mesure que l’on s’immerge dans le microcosme de cette industrie métastasée en un monstre tentaculaire à échelle d’une ville entière – où commencent aussi à pulluler de curieux animaux…

Une expérience de lecture bizarre et fascinante qui colle à la peau !

– Nikita –

Laisser un commentaire