Littérature américaine, littérature vietnamienne, Romans

Un bref instant de splendeur

« Un bref instant de splendeur », O. Vuong, Gallimard

Un roman qui porte bien son nom !

Lettre morte à sa mère qui ne pourra jamais la lire (elle n’a jamais appris, la seule école à laquelle elle ait été c’est celle de la guerre et de l’exil), c’est un texte vibrant à travers lequel Little Dog nous raconte le destin de sa famille, trois générations d’immigrants vietnamiens aux Etats-Unis. Un petit tsunami où les questions d’identité (nationalité, orientation sexuelle) sont nombreuses et s’entremêlent aux thèmes de la famille, la culture, la mémoire, la transmission.

A l’instar d’une Line Papin dans « Les os des filles », voilà un jeune auteur à la trajectoire contrariée mais au talent pur et qui touche sa cible en plein cœur. A travers une langue poétique, déliée, incandescente, il tisse une narration tout en vagues qui viennent s’écraser l’une après l’autre dans une tentative aussi vaine que sublime de capturer par le langage fuyant l’éphémère de nos vies, ce bref instant de splendeur.



– Nikita -.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s