BD, Roman graphique, SFFF

Peer Gynt

« Peer Gynt », A. Carrion, Soleil

Entre Peter Pan et Thyl Ulenspiegel, le personnage mi-ange mi-démon de ce fabuleux conte norvégien n’est que l’avatar de cet adulte qui refuse de grandir dans une nature merveilleuse et immaculée. Il y a aussi dans les décors et l’enchaînement infernal à l’Idéal, dans la chute inéluctable du Héros, un peu de la magie sombre des contes de la Table Ronde. Quant à ce jeune homme que seule la passion fait vivre, impossible de ne pas entrevoir la pureté du Petit Prince de saint-Exupéry. Devenir adulte est une malédiction et dans toutes les mythologies le conte est magnifique, la morale est glaçante et le final une fuite, un fantasme.

A la mise en scène grandiose, le choix surprenant de la palette en noir et blanc révèle les teintes brillantes, argentées, presque bleutées d’un graphisme étincelant qui cueille nos yeux ébahis d’éternels enfants.
Révélation !

– Frédéric –

Retrouvez cette chronique sous forme vidéo :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s