Littérature américaine, Romans, Western

Le tireur

« Le tireur », G. Swarthout, Gallmeister

J.B. Books est le dernier grand tireur dont le nom fait le silence dans les saloons, une crapule qui s’est sortie des fusillades les plus périlleuses. Mais voilà que sonne l’heure du duel qu’il ne parviendra pas à gagner, perdu d’avance contre un adversaire lové à l’intérieur même de ses tripes : cancer de la prostate, à un stade qui ne pardonne pas. Il s’arrête dans une pension de la petite ville d’El Paso en espérant y trouver un peu de quiétude pour ses derniers jours. Mais les nouvelles vont vite, et les vautours plus encore : dans ce Far West sur le déclin, on peut faire commerce de tout, même de la mort. Surtout celle d’une légende vivante.

Mais Books n’a pas dit son dernier mot : tant qu’il lui restera un souffle de vie, un peu de fierté et ses pistolets, il ne laissera personne lui dicter comment quitter ce monde. Un magistral dernier baroud d’honneur au soleil couchant, plein de superbe mais aussi de pudeur, qui met l’Ouest sauvage face à l’horizon du progrès et l’homme face à celui de la mort. Tour à tour cynique et mélancolique, c’est un magnifique chant du cygne que nous livre G. Swarthout, comme un dernier air d’harmonica avant de se laisser bercer vers le sommeil par les crépitements d’un feu de camp mourant.

– Nikita –

1 réflexion au sujet de “Le tireur”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s