Littérature américaine, Romans

Le lac de nulle part

« Le lac de nulle part », P. Fromm, Gallmeister

Une dernière excursion en canoë, en famille, dans l’immensité des lacs du Parc provincial Quetico (Ontario), ça vous tente ? Al et Trig acceptent de rejoindre leur père dans cette aventure, en souvenir du bon vieux temps, et surtout parce que les jumeaux ne se sont plus vus depuis plusieurs années. Sauf que le mois de novembre est déjà bien entamé, que leur père – un pro du bivouac – est visiblement moins prévoyant que d’ordinaire, et que personne ne sait où ils sont partis.

Lorsque le froid s’abat sur les intrépides campeurs, que les secrets de famille s’ébrouent au milieu des premiers flocons et que le drame survivent, la tranquille randonnée devient récit de survie inquiétant, haletant, emportant le lecteur dans une course contre la montre. Moins sombre qu’un David Vann ; tout aussi subtil, le nouveau roman de Pete Fromm (entre nature writing à la « Indian Creek » et drame familial comme dans « La vie en chantier ») retranscrit à merveille la glaçante traversée d’un enfer blanc qui ouvre la porte aux sinistres non-dits d’une famille qui se déchire et se rafistole.

– Orianne –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s