Littérature américaine, Romans

Celui qui veille

« Celui qui veille », L. Erdrich, Albin Michel

Louise Erdrich met sa puissante voix de la Renaissance amérindienne au service d’un récit choral rempli de personnages forts, mais aussi vibrant hommage au combat de son propre grand-père, qui a inspiré l’un des principaux protagonistes. En 1953, dans la réserve de Turtle Mountain (Dakota du Nord), la vie est rude et on peine parfois à joindre les deux bouts, mais pour ses habitants, ce sont leurs terres, leurs traditions, leurs racines, leur famille… toute leur vie. Lorsque Thomas, gardien de nuit dans l’usine locale et chef du conseil de la tribu, découvre l’existence d’un projet de loi d’ « émancipation » des siens, il voit tout de suite que le gouvernement cherche à les assimiler, les exproprier et diluer peu à peu leur culture et leur identité. Ni plus ni moins qu’une « termination ». Alors, il prépare la tribu à une audience à Washington pour faire valoir leurs droits… En parallèle, sa nièce Patrice, jeune femme bouillonnante, part à Minneapolis à la recherche de sa sœur disparue.

Autour d’eux, Erdrich brosse le portrait, par cercles concentriques, de multiples autres habitants de la réserve, et des liens et des traditions qui les unissent. Une galerie touchante et unique, à laquelle on sent que l’autrice est profondément attachée, et parmi laquelle on est heureux d’être accueillis le temps d’une lecture pleine d’humanité (et d’espoir, ça ne peut pas faire de mal !), quelque part entre « La note américaine » et « Betty ».

– Nikita –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s