BD, Roman graphique

Le petit frère

« Le petit frère », Jean Louis Tripp, Casterman

Alors que la majorité des clients et clientes de la librairie me demande de leur conseiller une lecture « positive » (« on en a assez des mauvaises nouvelles », etc), je continue mordicus à défendre des livres et des BD qui font, sans hiérarchie et dans le désordre, peur, aimer, désespérer, réfléchir, fantasmer, saliver, s’identifier, se remettre en question, ou tout simplement ne pas savoir qu’en penser, ne pas être certain d’avoir compris… DOUTER. Bref, les littératures « parlent », selon moi, d’abord à nos tripes et nos coeurs bien avant nos consciences ou nos intellects. Notre « machine à vivre », c’est le coeur. Jean-Louis Tripp, tout à sa Passion, au feu sacré et brûlant qui le caractérise (il suffit pour s’en convaincre de lire « Extases ») nous transmet par la magie prométhéenne de son Art le malheur infini de perdre son petit frère. Les battements de mon coeur s’accélèrent, mon bide se tord, et mes glandes lacrymales se libèrent de leurs grosses larmes. Humeurs. Juste retour sur ce qui fait de nous des hommes et des femmes.

– Frédéric –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s